Article à thème : Accompagner son enfant avant une naissance

Et voilà, le cap du deuxième est enfin arrivé mais il est fréquent de se sentir désemparé face à la question : comment préparer mon enfant à devenir grand frère / grande soeur ? L’aîné peut vivre difficilement son changement de statut où avoir du mal à se séparer de ses habitudes déjà bien ancrées. Aux yeux de l’ainé, le bébé peut être perçu comme un intrus, en soi, cela peut se comprendre, il est le seul à avoir votre attention, il a des moments d’intimité avec vous. Il peut avoir perdre de perdre tout cela. 

Avant la naissance 

Ce qui est primordial c’est avant tout de communiquer, de lui expliquer tout au long de la grossesse qu’un petit bébé viendra à la maison pour partager de beaux moments avec tous. Il est aussi essentiel d’avoir une écoute empathique, c’est à dire de prendre en compte ses ressentis, de se mettre à sa place pour pouvoir comprendre ces peurs et appréhensions. 

Il existe de nombreux livres pour aborder ce thème qui vont permettre de parler de différents aspects : que ce soit la naissance de bébé, les moments avec lui et les moments avec le bébé, etc. Cela peut permettre à l’enfant de relativiser certaines craintes. (voir plus bas pour quelques pistes de livre autour de ce thème)

Il ne s’agit pas de le bassiner avec l’arrivée de bébé mais d’en parler pour qu’il puisse partager ces moments de bonheur, il est évident qu’il faut préciser que le bébé arrivera dans quelques mois pour ne pas que l’enfant l’attende désespérément chaque jour. 

Outre les livres, vous pouvez aussi parler des fratries des gens autour de l’enfant (vos frères & soeurs, des copains à lui qui ont des petits frères & soeurs..). 

Il est aussi possible, pour le familiariser avec la notion de bébé de partager avec lui des moments découvertes autour de film et photos de son arrivée au monde, ses premiers mois. 

Vous pouvez aussi l’aider à se rendre compte des changements : lorsque votre ventre s’arrondi, de lui expliquer que le bébé se cache, de positionner ses mains pour sentir les mouvements de bébés ou encore de pratiquer l’haptonomie. Il sera aussi important de préciser à votre enfant que le bébé sera un petit bout de chou comme lui, mais que les premières semaines, il aura besoin de votre attention car il ne sait pas faire seul (par exemple Pourquoi faut-il donner à manger souvent au bébé ? Parce que son ventre est encore petit. Pourquoi il pleure beaucoup ?parce que c’est son unique moyen de communication Pourquoi il faut le porter Parce qu’il ne sait pas marcher… 

Rassurez le : ne lui dites pas quelque chose du genre « tu sais je t’aimerais quand même ». Cela va générer des craintes chez lui. Expliquez lui plutôt que le temps se partagent mais que l’amour est infini et ne se partage pas, que l’amour que vous avez garde une place pour chacun. 

L’idée d’un cadeau pour le premier né à la naissance est discutée: en effet, cela peut être vu comme un moyen de l’acheter pour certains alors que d’autres y verront une célébration de la naissance. C’est libre à chacun. Mais une chose est sûre : l’aîné peut vous aider à choisir des petites choses (doudou, pyjama de naissance, etc.) pour le bébé à naitre, il se sentira investi et sera fier de pouvoir participer aux préparatifs. 

Vous pouvez aussi proposer à votre enfant aux alentours du dernier trimestre de réaliser une frise du temps pour que l’arrivée de bébé prenne du sens et soit perçue de manière quantifiable pour l’enfant. 

A la naissance  & après 

A la naissance, il est aussi possible de les mettre en contact rapidement que ce soit visuel, calin / caresse, mais aussi par photo pour que l’enfant prenne enfin place dans ce monde dans les yeux de l’ainé. 

Il est très important de laisser à l’ainé sa place d’enfant, de ne pas trop le responsabiliser en lui demandant de surveiller ou protéger ce nouveau né. Parfois, on ne se rends pas compte du pouvoir des mots, il risquerait de se mettre une pression pour ne pas vous décevoir et tout simplement ne pas vivre son enfance sereinement. Mais il est tout à fait possible de lui permettre de vous assister (selon son âge et ses capacités bien entendu) dans des petites tâches du quotidien avec le nouveau né : apporter le bavoir, tenir la couche propre, approcher le doudou.. etc. 

Il est parfaitement possible pour l’ainé d’avoir des phases de « régression » tout simplement parce que ce nouveau né le rend grand, qu’il n’était peut être pas prêt, qu’il a la crainte de perdre un peu de votre attention & affection. Il ne faut pas le braquer ou autre, cela lui permet aussi de grandir et de voir que même s’il est le plus grand, il reste votre tout petit. 

Essayez de garder vos petits rituels à vous deux, certes l’enfant aura la capacité de comprendre que le nouveau né a votre attention, mais il est aussi important de conserver des moments avec votre premier né afin qu’il ne se sente pas délaisser. Conservez vos petites habitudes au coucher, vos petits moments de complicité. Parfois quelques minutes de connexion intense avec son enfant permettent de remplir son réservoir d’amour et il sera bien plus aisé pour lui de vous voir vous consacré au nouveau né. 

Parfois la jalousie peut également s’installait ou du moins des réactions parfois agressives ou des petites bêtises, essayez de prendre du recul : de comprendre les besoins qui ne sont pas assouvis chez votre enfant. Il a peut être besoin d’attention, il a peut être des craintes, de la tristesse, et il la manifestera par de la colère, de la jalousie, une régression. Une écoute empathique vous permettra de mieux comprendre les comportements de votre enfant et de l’aider à se sentir mieux. 

La phase de régression est nécessaire : votre enfant voit le nouveau né attirer votre attention avec sa couche, a besoin de vous pour manger. Si l’ainé ne se sent pas considéré, il attirera votre attention en imitant son petit frère / sa petite soeur. La phase de régression peut durer quelques jours, quelques semaines. Mais une fois lassé, le premier né prendra conscience de sa capacité à faire et se sentira plus grand par rapport au nouveau né. 

Surtout n’oubliez jamais.. Certaines choses sont inhérentes à la fratrie : les rires, la complicité mais les jalousies et les petites querelles aussi. Il vous suffit d’être convaincue du bien fondé de cette fratrie, du bonheur qui en ressortira pour que tout se déroule bien. 

Points essentiels : 

  • ne jamais délaissez le premier né pour le nouveau né, chacun ont besoin de vous à leur manière
  • ne jamais comparer les deux enfants, chaque enfant est unique et évolue selon ses capacités et ses intérêts du moment 
  • ne pas parler exclusivement du nouveau né, il faut laisser sa place au premier né. 

 

LIVRES

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :