Et si on allait se coucher ? Le sommeil de Pand’Api

Aujourd’hui, je prends enfin le temps de poser par écrit un article qui me travaille depuis des mois.. Le sommeil.

Je peux dire en toute honnêteté que c’est une des phases les plus difficile que j’ai eu à affronter depuis que je suis maman. IMG_0175

Quand ma Pand’Api est née, elle dormait énormément ma petite crevette. Même trop, déjà à la maternité, je devais la réveiller pour qu’elle tète car sinon elle ne prenait pas de poids. Au retour de la maternité, elle a directement été dans sa chambre, dans son petit lit. A vrai dire, même si je mourrais d’envie de faire du cododo avec elle, ce n’était pas possible pour des raisons pratiques. Elle a tout de suite très bien dormi. J’étais ravie et je m’estimais chanceuse…

Mais à 6 semaines, ma petite Pand’Api a été opérée en urgence pour sauver son ovaire droit.. Et la ce fut le drame ! Ma petite puce toute calme et sereine a été traumatisée, déjà car l’hôpital, l’opération, ça faisait beaucoup, mais aussi parce qu’elle s’est réveillée durant l’opération quand elle était intubée (y’a de quoi avoir peur je pense..). Et là, nous avons commencé à vivre un cauchemar. Elle ne supportait plus d’être seule ou laissée. Petit à petit son RGO s’est accentué et nous avions beaucoup de mal à la faire dormir car cette position la faisait souffrir. A chaque fois qu’elle avait besoin, soit elle venait dans notre lit, soit nous allions dans le sien. Nous l’avions fait passé dans un lit au sol d’inspiration Montessori et les choses rentraient dans l’ordre petit à petit.

A 4 mois et demi, hospitalisée à cause de son RGO, dans un bilan sanguin.. nous avons eu la pire nouvelle je crois : elle avait de gros problèmes sanguins ce qui a engendrait un rythme infernal : hospitalisation tous les 2 jours pendant plusieurs mois avec bilan complet, traitement, etc. C’était extrêmement dur pour elle, comme pour nous. Les dodos étaient devenus catastrophiques. Elle avait besoin tout le temps de moi, se réveillaient de nombreuses fois chaque nuit, je mettais plusieurs heures à arriver à l’endormir, elle ne s’endormait que dans mes bras et même en sortant de sa chambre en mode maman-ninja-rampant-par-terre, elle se réveillait. C’était vraiment l’enfer. Pour elle comme pour moi.

A chaque fois, je me disais mais que faire ? Et à chaque fois que j’appelais à l’aide ou que je me documentais, je voyais effectuer un rituel, etc. Il était bien entendu hors de question pour moi d’appliquer la méthode du 5-10-15 (si vous ne connaissez pas, vous ne manquez rien, a part détruire la confiance et la sécurité intérieure de l’enfant, vous n’obtiendrez rien de bon). Alors je mettais en place un rituel, mais il marchait peut être un jour, ou deux, et chaque fois ca empirait. Alors j’ajoutais encore et encore. Au final, en quelques mois, le rituel du coucher prennait des heures. C’était invivable. J’ai développé une sacrée patience, chose positive en soi, mais c’était pas possible. Elle avait besoin de moi, je le comprenais, mais je ne dormais plus, j’en suis venue à m’évanouir dans le couloir à 2h du matin tellement que j’étais épuisée. Cela a duré jusqu’à ses…. 20 mois !

Et un jour, j’ai dit stop. Je ne pouvais plus. 

Je me suis mise à pleurer, et ma Pand’Api m’a vue m’effondrer. Je crois que c’était nécessaire, je lui ai dis que j’avais besoin de temps pour moi aussi, j’avais besoin le soir, après mes 10h de travail, de pouvoir prendre du temps ne serait ce que pour manger, pour avoir 10 min avec papa ou encore dormir dans mon lit. J’ai décidé de tout modifié le rituel. J’ai tout jeté aux orties. Et tout simplement j’ai changé ma façon de faire.

En rentrant du travail, je prenais 15 minutes pour me reconnecter avec elle, vraiment en exclusif. Cela nous permettais de nous retrouver, de se sentir bien. Le reste de la soirée était déjà plus calme. Après avoir mangé, nous allions dans sa chambre et nous prenions le temps de lire un livre, de chanter des chansons en regardant de jolies lampes d’inspiration snoezelen (je vous en dirais plus très bientôt). Mais c’était encore 30/40 minutes pour le coucher.

En février dernier, nous étions à la librairie et Pand’Api a trouvé un livre : Au dodo dans ton lit, des éditions Piccolia. Honnêtement, en voyant le titre, je l’ai acheté sans me poser de questions.

Et ça m’a sauvé. 

Le soir même, nous voilà couchées dans son lit à lire ce joli livre. Ce livre est très bien fait, Jules ne veut pas dormir tout seul dans son lit, son papa lui explique que tout le monde dort dans son lit : l’écureuil, le chien, etc.. Il lui explique que son lit, c’est sa jolie petite maison avec ses odeurs à lui, ses doudous et ses amis. Et Jules s’endort… Dans son lit. A la fin de ce livre, il y a de nombreuses petites pistes pour gérer le coucher de vos loulus, des conseils pour gérer les réveils nocturnes..

A la fin de ce livre, nous avons discuté avec ma Pand’Api. Et je lui demande, il est où le lit de Papa ? Le lit de Sélina ? A chaque fois elle me réponds juste. Et quand je lui ai demandé il est ou le lit de maman ? Tout naturellement, elle m’a répondu ici, dans mon lit. Et là j’ai pris conscience, que ma petite fille de deux ans, pour qui mon lit était le sien, forcément, dès que je n’y étais pas, elle paniquait de savoir ou je pouvais être. Tout prenait sens. J’ai pris le temps de lui expliquer que non, mon lit était dans ma chambre.

Nous avons créé un nouveau rituel, tout simple, tout petit et riquiqui mais qui nous gonfle d’amour. Et depuis, les couches ne durent qu’une dizaine de minutes.

Au moment d’aller se coucher, nous allumons ensemble une jolie lampe pour lire une belle histoire. Je la raconte en premier, et ensuite, elle la raconte à sa façon. Je choisis toujours des livres courts afin que le moment du coucher ne devienne pas à rallonge. Ensuite, je vais déposer le livre sur sa commode, elle éteint sa lumière et allume sa berceuse et sa tortue lumineuse qui projette des étoiles au plafond. Elle est très fiere de participer au rituel. Nous nous allongeons l’une contre l’autre, et nous regardons les étoiles. Nous en avons choisi une isolée, et l’avons nommée Loola. Loola veille sur elle chaque nuit, chaque instant. Elle la protège et l’aime tout autant que moi. Et durant la journée, c’est au rôle de Sélina de veiller sur elle. Nous disons bonjour à Loola, et lui souhaitons bonne nuit. Puis nous imaginons un rêve. C’est mon moment préféré : parfois elle demande un petit rêve, parfois un moyen-riquiqui, parfois un rêve bleu et jaune et même des rêves rigolos arc en ciel. Une fois le rêve proposé, elle l’attrape dans l’air et vient le glisser dans son cou, pour s’endormir avec.
Je lui rappelle à quel point je l’aime et je lui chuchote à l’oreille des mots d’amour, je lui dis combien je suis fière d’elle et comme je suis chanceuse d’être sa maman. Et je sors de la chambre en chantant une petite mélodie (vive la mélodie de Tapion et Dragon Ball Z).

Depuis plusieurs mois, ma Pand’Api a enfin trouvé un sommeil paisible et elle dort près de 12H chaque nuit. Il lui arrive d’avoir besoin de moi mais il suffit que je lui fasse un bisou sur le front pour qu’elle se rendorme sans problème.

Vous pourrez trouver le livre Au dodo dans ton lit juste ici : https://amzn.to/2Q9jVMe

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :