Les émotions chez l’enfant

Les émotions chez l’enfant

«  Le jeu est le moyen dont disposent les enfants pour s’exprimer, eux et leurs émotions » Lawrence Cohen

«  Jouer guérit les blessures, libère les émotions, dissout les tensions. Le jeu apprends à l’enfant qu’ils peuvent exprimer sans danger ce qu’ils ressentent ». 

L’apparition des émotions 

Une émotion est une réaction d’adaptation à notre environnement. C’est un signal qu’envoie notre corps pour nous informer sur notre état, nos besoins. Chaque émotions a son propre message, il faut l’écouter pour la comprendre.
Il y a 6 émotions de base : joie, tristesse, peur, colère, surprise et dégout. D’autres émotions sont définies comme sociales et s’acquièrent en grandissant (comme la fierté, la honte ou encore la jalousie). 

Les émotions apparaissent progressivement dans notre vie.

  • De la naissance à 6 mois : l’enfant manifeste des émotions primaires telles que le dégout, le plaisir ou encore la douleur. Il peut également manifester de la colère, de la surprise ou de la tristesse. 
  • De 6 mois à 1 an : l’enfant commence à décoder les émotions des autres grâces à l’expression du visage. Mais il n’en comprends pas la signification. 
  • A 1 an : l’enfant commence à comprendre les émotions humaines, il différencie deux types d’émotions : les positives et les négatives. Il va apprendre à moduler son comportement en fonction de sa figure d’attachement (par exemple : si la mère sourit à un étranger, l’enfant l’accepte, si elle le repousse, l’enfant en fera de même). 
  • A 2 ans : l’enfant peut exprimer la fierté, la gêne ou encore la honte. Il apprends petit à petit à exprimer ses frustrations. 
  • A 3 ans : l’enfant peut nommer des situations qui provoquent chez lui telle ou telle émotions. 
  • A 4 ans : l’enfant accepte plus facilement ses frustrations.
    A 5 ans : l’enfant peut contenir ses méotions. 

Bien entendu, les âges sont donnés à titre indicatif, chaque enfant étant unique. 

L’enfant est un être avec un cerveau malléable et immature. Son cerveau reptilien (siège des réactions de survie basique telle que lutte, fuite ou immobilisation) est la seule partie du cerveau mature à la naissance. Le cerveau émotionnel et le cerveau supérieur se développe en grandissant. 

Que se passe t il après 5 ans ? L’enfant peut être en proie à des tempêtes émotionelles donnant lieu à des comportements impulsifs tel que des caprices, des crises, des coups. Ce n’est pas qu’il ne veut pas vous écouter, c’est qu’il ne sait plus comment canaliser ses émotions. Il est dépassé. 

Le saviez vous ? Le cerveau n’atteint sa maturité que vers 25 ans, jusque là, les processus de gestion des émotions ne sont pas totalement fonctionnels. L’individu peut alors avoir des difficultés à contrôler et maitriser ses réactions émotionnelles. Un enfant en bas page n’est pas en mesure de gérer l’ensemble des émotions qui affluent en lui car son réseau neuronal n’est pas complet. Le cortex préfrontal est incapable de gérer le régulateur des émotions fortes avant la maturation complète du cerveau. 

Comment reconnaitre les émotions et les apprivoiser ? 

Pourquoi est il primordial d’apprendre à écouter ses émotions ? Un enfant qui enfouit ses émotions, qui n’apprends pas à manifester sa joie ou à laisser sortir sa colère n’apprend pas à s’écouter. Il ne sera pas en capacité de tenir compte de ce que les autres ressentent puisqu’il ne le fait pas déjà pour lui même. Il ne développera pas empathie ou bienveillance, ni pour lui, ni pour autrui. 

Il est ainsi nécessaire de fournir un bon moyen à l’enfant de reconnaitre ses émotions et de les exprimer. En parvenant à gérer ses émotions, l’enfant pour gérer l’intensité de celles ci. Une bonne gestion des émotions garantie une meilleure gestion des conflits et une meilleure intégration sociale. 

Pour cela, il faut aider votre enfant à reconnaitre les émotions de base. Il suffit de faire remarquer le langage corporel associé à chaque émotion. Par exemple, sourcils froncés lorsque l’on est en colère, le sourire pour la joie, des larmes pour la tristesse… Savoir lire les émotions des autres sur leur visage aidera l’enfant à adapter son comportement à la situation. 

Vous pouvez aussi aider votre enfant à reconnaitre l’émotion associé à son ressenti. Je m’explique, vous pouvez nommer l’émotion, par exemple, tu es fâché que ton jeu soit cassé. Encouragez votre enfant à nommer aussi son émotion en utilisant le « je » : « je suis en colère car mon jeu est caché ». Votre enfant va petit à petit s’approprier ses émotions et les accepter. 

Il est primordial de prendre les sentiments de votre enfant au sérieux. Soyez empathique, expliquez lui que vous comprenez sa colère, sa joie ou sa tristesse. Il se sentira compris et réconforté. Il acceptera plus facilement son émotion et pourra y répondre de manière acceptable.

L’écoute active est un atout considérable pour l’apprentissage des émotions : 

il s’agit d’essayer de comprendre ce que ressent l’enfant. Vous transformerez cette compréhension dans votre propre mot pour vérifier auprès de votre enfant si vous avez bien compris. L’important est de transmettre à votre enfant que vous avez compris son émotion, sans opinion ni jugement. L’objet de l’écoute active est d’aider l’enfant à en dire plus, à approfondir, à développer sa pensée et à libérer l’enfant de son émotion. En exprimant une émotion négative en présence d’une personne qui l’accepte et la comprend, l’enfant se sentira soulagé et aidé. L’enfant se sent compris et écouté, vous adopter un comportement emphatique. Votre enfant sera plus enclins à être réceptifs à vos messages si il se sent écouté dans les siens.  Pour pratiquer une écoute active, plusieurs attitudes doivent être réunies, on doit vouloir : prendre le temps d’écouter ce que l’enfant a à dire, aider l’enfant à résoudre son problème sans le conseiller, ne pas vouloir le raisonner ou imposer sa vision, faire confiance aux capacités de votre enfant. Il faut se mettre dans la peau de l’enfant pour comprendre ce qu’il a ressenti, sa vision, sa perception de la réalité. L’écoute active passe par des expressions telles que : 

  • tu sembles (faché/triste…),
  • tu es tellement (heureux/ fier) que tu as envie de … 
  • tu n’aimerais pas… 
  • tu aimerais bien… 
  • tu crois que / tu as cru que… 
  • tu as l’impression que … 
  • tu te sens… 
  • quelque chose te (fait peur/ rend heureux) c’est ça ? 
  • tu en as assez de… 
  • tu aimes vraiment… ? 
  • tu as peur de … 
  • Tu es déçu de… 
  • Ca doit être (douloureux/gênant) de… 
  • Tu as ressenti de la (honte/peur/joie)…

Ce qu’il ne faut pas faire : il est inefficace et contre productif : de nier l’émotion, de la minimiser, de faire culpabiliser l’enfant de ressentir cela (tu n’as pas à être en colère, ce sont les bébés qui pleurent pour ça..), de faire la morale sur une émotion ressentie, de répandre son émotion de force. 

Il vaut mieux privilégier : une connection à l’enfant, il s’agit de se brancher, de se connecter à l’émotion de l’enfant sans en avoir peur, mais sans perdre la notre, ne surtout pas laissez un silence. Pratiquer le reflet émotionnel : poser des mots reflétant ce que l’enfant vit, sans émettre de jugement ou de commentaire (je vois que tu es en colère et que c’est dur pour toi.. je comprends que tu sois frustré mais c’est chacun son tour..)

Idées & astuces pour l’apprentissage des émotions 
  • Créer des bonshommes émotions : prenez une photo de votre enfant et imprimez la en plusieurs exemplaires. Coller un bonhomme émotion, ou dessiner le, sur chaque photo. Votre enfant aura un visage joie, un visage colère, etc. Présentez les bonshommes à votre enfant en nommant les émotions avec lui. 
  • le tableau des émotions : prenez une photo de l’enfant vivant chaque émotion (ce sera un jeu de mime lors de la réalisation, montrez lui la joie, la peur, la colère…) Collez les photos sur un carton afin de créer un tableau. Chaque fois que l’enfant vit une émotion, approchez vous du tableau pour que vous puissiez montrer l’émotion associé à la situation (« regarde, tu es triste »). 
  • jetons des émotions : imprimer une série d’émotions, avec un poinçon, percer un trou dans chaque jeton et insérer les tous dans un anneau. Votre enfant aura son petit « catalogue » de jeton émotion, lorsqu’il vit une émotion, il pourra s’en servir pour la nommer. 
  • memory des émotions : imprimer deux séries de cartes émotions. Placez les images faces cachées sur la table et jouer au memory sous forme d’association. Vous pouvez aussi mettre les images faces découvertes et votre enfant s’entraine à repérer les doubles. 
  • jeu d’imitation : mimer chacun votre tour des émotions, le but est de faire comprendre l’émotion. Vous pouvez r éaliser ce jeu soit face à face, soit devant un miroir, plaisir garanti. 
  • création d’un coin de retour au calme : créer un espace de détente, de bien être, une petite cabane, un petit espace de repos où votre enfant se sentira en sécurité et bien. Vous pourrez y glisser des petites choses : bouteille de retour au calme, coussin de la colère, des livres, des doudous.. Lorsque votre enfant est dépassé, il ira y trouver refuge et s’apaisera. 
  • le bac apaisant : créer un bac sensoriel (dans un plateau par exemple) en y déposant des livres, un ballon anti stress, des jeux de manipulation… L’enfant pourra se calmer et libérera sa frustration. 
  • Sac a émotions : utilisez un petit sac, invitez votre enfant à venir y déposer symboliquement ses émotions à travers des petits objets. Vous pouvez l’encourager dans le choix des objets, mais c’est parfait s’il choisit seul. Ce sera représentatif pour lui. Par ce geste, votre enfant pourra prendre de la distance avec son émotions. 
  • Sac ou cabane à cris : le cri est un moyen d’expression, il permet de décharger ses émotions. L’enfant placera le tissu au niveau de sa boucher et pourra crier dedans pour libérer son émotion (joie ou colère). 
  • balle anti stress : elle permettra à votre enfant de la serrer très fort pour diriger sa colère ou encore de déplacer sa peur. Vous pouvez la fabriquer à partir de semoule ou de farine insérée dans un ballon de baudruche. 
  • la sophrologie ou le yoga pour les enfants : l’apprentissage de ces deux pratiques permettent à votre enfant de s’apaiser. Vous pouvez les introduire dans le quotidien très facilement, sous forme ludique, cela fait un temps de retour au calme. En situation de crise, notamment une grande colère ou une peur panique, les exercices l’aideront à se focaliser sur autre chose, et l’amèneront dans un état de bien être. 
  • art thérapie : je vous décris un atelier d’art thérapie autour des émotions. Demander à votre enfant ce que c’est qu’une émotion, s’il peut vous en citer, s’il se souvient dans quelles circonstances il l’a ressenti. Jouez aussi le jeu. Cela permettra d’établir une liste avec des émotions. Présentez des images de visage avec émotions, facilement reconnaissable, demander à l’enfant s’il reconnait l’émotion, ce qui l’a aidé à reconnaitre l’émotion. A partir de là, proposer à l’enfant de dessiner sur une grande feuille une émotion, il devra dessiner les différents traits représentatifs (un trait en colère, un trait déçu, un trait joyeux, un trait apeuré). Laissez à disposition de votre enfant plusieurs matériaux (feutres, peinture, crayon, cire, pastel…) et plusieurs couleurs. Vous pouvez guider l’enfant en donnant des astuces : un trait joyeux peut sourire, un trait colère boude, un trait triste pleure… L’enfant pourra jouer avec l’épaisseur du trait, la couleur, la forme, la taille.. Pour finir, proposez à votre enfant de dessiner le portrait d’une émotion. 
  • carte émotions : Bougribouillon a dessiné de fabuleuses cartes autour des émotions, vous pouvez vous en servir sous forme de cartes classifiées pour présenter les émotions, les nommer avec votre enfant.  Vous pouvez les imprimer en double pour le jeu de mémory cité plus haut. Vous les trouverez ici : https://bougribouillons.fr/cartes-des-emotions/ 
  • les peluches émotions inspirées du livre La couleur des émotions : Crea Lucca vous propose un DIY avec les infos juste ici : https://www.facebook.com/crealucca/photos/a.1587740304865084.1073741828.1587688124870302/1710906482548465/?type=3&theater 
  • les palets des émotions : vous pouvez acheter des petits palets en bois, vous les peindrez de couleur représentative et dessinerez une émotion.
  • le coussin de la colère : vous pouvez créer vous même (ou commander à certaines créatrices) un coussin de la colère : il en existe de toutes formes, de tout motif.. L’enfant pourra se défouler dessus en criant, en tapant, en mordant. Ce sera le seul lieu exutoire de cette émotion. 
  • le quiet book émotions : vous pouvez créer une page de quiet book autour de l’émotion, représenter un visage, des éléments en feutrines pourront venir se placer dessus pour représenter telle ou telle émotions. Si vous voulez en avoir un, vous pourrez en trouver ici : https://www.facebook.com/Elles-crea-762426670455604/
  • La box des émotions : si vous avez eu la chance de connaitre La Nido Box, vous avez peut etre pu obtenir  la box des émotions. Venez la découvrir ici pour vous en inspirer : https://lanidobox.fr/boxes
  • Les plumes ou la paille : l’intérêt est de permettre à l’enfant de souffler pour s’apaiser. Il s’agira de souffler sur des plumes, ou dans une paille plongée dans un verre d’eau.
  • exploiter le livre Loup qui apprivoisait ses émotions :  vous trouverez ici une exploitation complète de ce livre sous forme d’activité, https://dessinemoiunehistoire.net/exploitation-le-loup-qui-apprivoisait-ses-emotions/ 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il y a également de nombreux livres pour vos enfants & pour vous autour de ce thèmes là.. En voici certains..

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

2 commentaires sur “Les émotions chez l’enfant

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :